lundi 16 janvier 2017

France 2 parle du Linky !

https://collectifchartresdebretagne.wordpress.com/2017/01/09/le-linky-sur-france-2-et-les-mensonges-enedis/

Tout le monde en parle ! Je me permets de remettre ici une réaction où nous avons répondu à une info de nos amis du Tarn .




Toujours les "éléments de langage"  habituels : bien sûr le nouveau compteur Linky:
– en tant que tel
– dans son état actuel
ne projette pas plus d'ondes qu'un compteur classique.
Mais....
– le problème actuel est déjà le CPL, qui via le réseau interne des fils électriques d'un logement, emmène partout et de nombreuses fois par jour – et non une seule fois plus longue – des ondes PULSÉES (donc nettement plus délétères à puissance égale) dont il faudrait être éloigné de deux mètres pour ne pas baigner dedans presque en permanence.
– ce problème sera aggravé quand, sans le dire, des agents viendront ajouter le module ERL, qui pour sa part émet selon le protocole Zigbee à 868 MHz.
On note à chaque compteur communicant une procédure non pas viciée, mais vicieuse. Ainsi pour le Gazpar le poseur, naïvement, vient vous assurer que non, ce n'est pas le compteur communicant qu'il vous apporte, ce qui ne l'empêche pas de le démonter pour le changer alors qu'il fonctionne. Changer un appareil solide, pour le remplacer avec un nouveau qui est de la camelote... mais bon... 
 
En revanche sur ce nouvel appareil où le compteur mécanique a été un peu déplacé, il ne faudra que deux minutes, PLUS TARD et sans couper le gaz, pour cliper dessus le gros module jaune (ce serait donc CE module-LÀ, le Gazpar ?). Nulle part ce petit subterfuge n'est indiqué sur le Net, mais quand je le lui ai signalé, le jeune poseur s'est senti un peu gêné, il n'a pas du tout insisté, et est reparti sans remplacer mon vieux compteur increvable. 

Même procédure pour l'eau, où sur les compteurs récents un petit module blanc sera ajouté sans avoir à couper l'eau.
Décidément la mauvaise foi est omniprésente semble-t-il.
 
pour le collectif,
Jean-Claude

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Si vous souhaitez réagir, c'est ici.