mercredi 12 octobre 2016

Mettre en tableau les compteurs communicants ?

C'est une idée qui est venue, d'un déclic, en vue de clarifier les données, et les inconvénients des compteurs.

On ne parle pas des avantages : pour vous et moi, il n'y en a tout simplement pas.

Nous avons même tenté d'y joindre les modules additifs, ceux qui seront ajoutés au compteur Linky. Nous n'en avons pas les caractéristiques précises, mais nous savons comment cela fonctionne forcément. Comme ce serait une émission permanente, le CPL ne sert pas mais de nouveaux concentrateurs devront être installés pour collecter toutes ces données supplémentaires, ainsi qu'un renforcement très important des centres de traitement des données.

 Cela concernerait en particulier les personnes qui acceptent un tarif avantageux, et en contrepartie une surveillance bien plus étroite, et plus émettrice d'ondes : donc les plus vulnérables, en somme. Il faut noter que l'emplacement du module est déjà prévu, avec le branchement adéquat, dans la partie en bas à droite du compteur : on y voit un cache amovible.

Certaines personnes osent même affirmer qu'à terme, tout le monde se verrait imposer le module, pour que Big Brother sache tout sur tous tout le temps.

J'avais sorti une première version, à compléter, et diffusé celle-ci de façon restreinte. Madame Annie Lobé a suggéré des améliorations, désormais elles y sont. On pourra ajouter des chiffres, qui pour l'instant manquent. On ne sait ainsi pas grand'chose des compteurs à eau déployés par Veolia  là où cette compagnie est chargée de gérer le réseau de distribution d'eau, mais beaucoup de syndicats restent indépendants - pour le moment. Donc dans un avenir proche, il n'y a pas de couverture globale du territoire pour les données sur l'eau.



On se sent tout heureux, de voir ces braves Multinationales œuvrer pour notre bien, en nous imposant ces nouveaux appareils comme on impose des vaccins. J'en ai l'alarme à l'œil....

pour le collectif,

Jean-Claude


Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Si vous souhaitez réagir, c'est ici.