dimanche 5 août 2018

Les compteurs (ou CAPTEURS) communicants dont l'eau !

Tous les CAPTEURS ont le même but (caché, mais évident) : recueillir le maximum de données sur tous les usagers du gaz, de l'électricité et de l'eau, ces trois sources essentielles de notre vie quotidienne. C'est pourquoi bien qu'ils s'en cachent, ceux qui mettent en place ces nouveaux appareils ont pour seul but (sous le couvert d'une prétendue "transition énergétique" aux sens multiples et souvent illusoires) de faire le plein de données sur chacun de nous. Cela complète agréablement (euh...) les autres données rassemblées par les GAFAM et autres, qui sont déjà colossales, mais encore incomplètes.

Qu'on ne s'y trompe pas : CHACUN, à un moment ou à un autre, peut se retrouver sous le microscope pour des raisons ou des prétextes auxquels on ne pense même pas. Ces données, qui pour le moment sont encore difficiles à réunir tant elles sont diverses, tracent de chacun un profil bien plus complet que ce qu'on connaît de soi-même. Cet aspect avait été évoqué au cours d'une réunion à Saint Herblain près de Nantes en 2017.

Les trois sources convergent vers ce mieux-connaître auquel aspirent "les Autorités", même si chacun tient à garder un voile pudique sur sa vie privée.

C'est pourquoi nous avions déjà esquissé
 —   les avantages et inconvénients du Linky
 —   les avantages et inconvénients du Gazpar

 

On sait mal ce qui en est des compteurs d'eau, pour différentes raisons.

— il y a plusieurs modèles différents, avec des caractéristiques qui peuvent varier. On sait que l'émetteur, qui se clipe sur le compteur lui-même, comporte une pile lui aussi. Valable pour combien de temps ? On ne sait pas. Émettant sur quelle fréquence ? On parle de 2,5 GHz, mais sans confirmation.

— il y a autant de fournisseurs que de syndicats intercommunaux, et plusieurs prestataires (SAUR, VEOLIA, Lyonnaise des Eaux – les principales – ... une dizaine en tout) donc une jungle difficile à démêler

— des réémetteurs seraient installés sur les lampadaires par exemple (un émetteur pour deux lampadaires, à 2 ou 3 mètres du sol), donc des réémetteurs très nombreux sans doute parce que la fréquence est élevée.

— la fréquence de ramassage des données risque d'être très élevée, presque en temps réel, « pour détecter tout de suite les fuites ». Cela permet surtout de créer une belle courbe de charge très intéressante pour les assureurs, les marchands de machines à laver, et autres.

La pose a commencé, d'après ce que l'on sait, dès 2010. Dans la plus grande discrétion. Comme il s'agit le plus souvent d'un simple ajout au compteur existant, il n'y a pas interruption du flux d'eau. Il faut aller vérifier pour savoir si le petit machin avec sa courte antenne de 5 centimètres à peine a été mis en place.

Je pense en avoir dit ce que j'en sais ; ah si, les compteurs appartiennent aux communes ! Pour les CAPTEURS, il faudrait sans doute un procès pour le définir exactement, car il y a semble-t-il un trou juridique là-dessus.

Pour les compteurs à eau, brièvement c'est donc assez proche, au point que déjà, des personnes sont chassées de chez elles : elle ont pu se faire remettre l'ancien compteur d'eau, mais les émissions des émetteurs installés sur les compteurs voisins sont suffisantes pour leur rendre la vie insupportable. Oui, nous avons des noms, même si les personnes en question exigent de rester anonymes pour différentes raisons que nous connaissons.

Afin de rendre compte du résultat, nous avons mis à jour un tableau établi voici déjà presque deux ans.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Si vous souhaitez réagir, c'est ici.